La constellation Dorion, les étoiles sont alignées

Photo : Maxyme G. Delisle

Après être devenue la première poétesse vivante inscrite au programme du baccalauréat français, la Québécoise Hélène Dorion a reçu le Grand Prix de poésie de l’Académie française, récompensant l’ensemble de son œuvre.

Cet honneur s’ajoute à une multitude d’autres distinctions obtenues au cours d’une carrière de plus de 40 ans, et particulièrement ces derniers temps.

Hélène Dorion a appris la nouvelle dans son petit « pavillon d’écriture » à Orford, en pleine forêt, a-t-elle confié à une journaliste canadienne. « Je suis sous le choc. On est toujours un peu incrédule quand ça arrive. Bien sûr, j’ai reçu des prix au fil des années pour ma démarche, mais celui-ci a une importance particulière car il récompense l’ensemble de mon œuvre. C’est une émotion très belle et très forte. Dans la liste des lauréats de ce prix, je retrouve mes lectures fondatrices – Jaccottet, Bonnefoy, Ponge, etc. – et parmi les plus récents, des poètes que j’admire énormément. Maintenant, je vois mon nom, mais je ne me compare pas à eux, c’est certain… »

La liste de ses récompenses est impressionnante : prix Alain-Grandbois, Aliénor, Anne-Hébert, Mallarmé, Léopold-Senghor, Athanase-David, élection à l’Académie des lettres du Québec, membre de l’Ordre du Québec et de l’Ordre du Canada, membre du jury du prix Louise-Labé…

Ce Grand Prix de poésie décerné depuis 1957 par l’Académie française, une institution fondée au XVIIe siècle, constitue une surprise supplémentaire pour Hélène Dorion, qui revient tout juste d’une tournée en France. Elle a participé à tous les festivals importants, rencontré des libraires, des professeurs et des étudiants, car elle est la première poétesse vivante dont une œuvre, « Mes forêts » (éditions Bruno Doucey), est inscrite au programme du baccalauréat français.

À peine de retour sur le sol québécois, le 10 juin dernier, elle recevait l’insigne de l’Ordre des arts et des lettres du Québec, avec d’autres artistes.

Il fait un temps… » / Courage

Hélène dorion lit son texte « Il fait un temps… », extrait de l’anthologie « Courage ! Dix variations sur le courage et un chant de résistance », parue aux Éditions Bruno Doucey en 2020, à l’occasion du Printemps des Poètes.

Pas de commentaire

Postez un commentaire

#SUIVEZ-NOUS SUR INSTAGRAM