Miss.Tic : à la vie à l’amor, jusqu’au 5 janvier 2025

© Photo : DR
Miss.Tic au Palais des Papes – Avigon

Avec ses aphorismes poétiques, provocateurs et facétieux, ainsi que ses silhouettes féminines peintes au pochoir l’artiste Miss.Tic a marqué l’histoire de l’art.
Cette pionnière du street art (disparue en 2022) est l’invitée de la Grande Exposition 2024 du Palais des Papes d’Avignon !

La poésie de Miss.Tic, à la fois percutantes et réfléchies, invitent à la réflexion et à l’interrogation sur des thèmes variés tels que l’amour, la liberté, la condition féminine et les inégalités sociales. Ces mots, toujours choisis avec soin, sont accompagnés de ses célèbres silhouettes féminines peintes au pochoir, reconnaissables au premier coup d’œil. Ces figures féminines, à la fois sensuelles et fortes, deviennent des porte-paroles de ses pensées et de ses critiques sociales.

Miss.Tic a su imposer sa signature dans un milieu dominé par les hommes, devenant une voix influente et respectée dans le monde de l’art urbain. Sa disparition a laissé un vide, mais son héritage perdure à travers ses œuvres qui continuent d’inspirer et de provoquer les passants.

Nana©Atelier Miss.Tic

Biographie

De son vrai nom Radhia Aounallah, épouse Novat, Miss.Tic naît en 1956 à Paris. Poétesse et artiste plasticienne, elle est une figure incontournable de l’art urbain. Sur les murs et les toiles, elle exprime sa rage, ses désirs et une lutte constante pour la liberté.
Fille d’un travailleur immigré tunisien et d’une mère normande issue du milieu paysan, Miss.Tic passe son enfance dans le 18e arrondissement de Paris, puis dans un HLM d’Orly, en région parisienne. À l’âge de 10 ans, elle survit à un accident de voiture qui coûtera la vie à sa mère, son frère et sa grand-mère et la marquera à vie d’un handicap de la main droite.

À l’âge de 16 ans, peu après le décès de son père, Miss.Tic se fait la malle et intègre une troupe de théâtre d’improvisation nommée Zéro de conduite, puis de théâtre de rue, Kumulus. Entre temps, elle s’évade deux ans sur la côte ouest des États-Unis où elle intègre le milieu punk, puis voyage longuement en Amérique centrale
et en Asie du Sud-Est.

De retour à Paris, Miss.Tic emprunte son pseudonyme au personnage de la sorcière dans les aventures de Picsou et choisit le pochoir comme mode d’expression.
La nuit, souvent solitaire et longtemps anonyme, l’artiste façonne sa légende dans la ville, au risque de se retrouver fréquemment en garde à vue – avant de faire définitivement le choix du légal en 1999.

Miss.Tic est décédée le 22 mai 2022. Elle laisse derrière elle une œuvre populaire et au cœur d’une histoire de l’art en train de s’écrire qui, plus que jamais, fait écho aux secousses que traverse notre société.

Ses œuvres ont été exposées dans de multiples expositions personnelles et collectives en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne, et font l’objet de nombreuses publications. Miss.Tic apparaît dans plusieurs collections publiques, parmi lesquelles le Fonds municipal d’art contemporain de Paris, le Victoria and Albert Museum à Londres, le MUCEM à Marseille et le Musée Ingres de Montauban.

© Camille Lévy Sarfati – curatrice

© Photo : DR
2010

Le masculin l’emporte, mais où ?

Encre aérosol sur fragment d’affiches

125 x 105 cm

© Photo : DR
1999

La censure est la formule ratée de la critique

Encre aérosol sur toile fond brun

50 x 50 cm

© Photo : DR

Empêchée de récit je fais des histoires

Encre aérosol sur carton découpé 

50 x 65 cm

© Photo : DR

Au sein de mes incendies intimes je chante ce qui brûle

Encre aérosol sur carton découpé 

50 x 65 cm

© Photo : DR

Poète vos papiers

Encre aérosol sur carton découpé 

50 x 65 cm

© Photo : DR
1988

Miss tic présidente

Encre aérosol sur Une de libération

58 x 37 cm

© Photo : DR
1988

Transgresser les frontières, désorganiser l’ennui, s’inventer des passions, travestir les clichés

Encre aérosol sur Une de libération

58 x 37 cm

À regarder

La légende de Miss.Tic 

Culture Prime

À lire

Miss.Tic – À la Vie à l’Amor + Flashback

Miss.Tic – À la Vie à l’Amor + Flashback
(45 €)
Critères éditions

En 2010, Miss.Tic choisissait la collection Opus Délits pour confier aux lecteurs un voyage particulier à travers son œuvre, sous forme de fragments, de souvenirs, de critiques, et quelques pensées. Cet ouvrage se réédite aujourd’hui en version augmentée.

Une création vivante et engagée

De palissades en cimaises, de terrains vagues en vagues à l’âme, de procès pour dégradation en commandes publiques, son œuvre n’a pas pris une ride.

Cet ouvrage revisite trente ans de création d’une artiste ancrée dans son époque, d’une amazone de l’art urbain qui a œuvré pour rendre l’art accessible à tous en abolissant la frontière entre lieu d’exposition et oeuvre d’art.

Plasticienne et poète, avec audace et persévérance, elle est devenue la figure incontournable et emblématique de la scène street art. Miss.Tic dévoile ici des images inédites. Entre confidences et coups de gueule, elle se remémore, se souvient, évoque ses années d’apprentissage, de doutes, d’enthousiasme… On y croise d’autres artistes, compagnons de route. On y retrouve son art, multiple et varié, révélateur d’une création vivante et engagée.

Pas de commentaire

Postez un commentaire

#SUIVEZ-NOUS SUR INSTAGRAM